Etendues laterales

  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales
  • Etendues laterales

2011
Commande pérenne du Mobilier National, l’oeuvre de lumière de Nathalie Junod Ponsard, fait partie de l’exposition Décor et installations.

Une installation lumineuse sur la façade de la Galerie des Gobelins, 42 avenue des Gobelins 75013 Paris

Décor et installations
Commissaire d'exposition : Françoise Ducros, historienne de l'art, inspecteur de la création artistique.
18 octobre 2011 - 15 avril 2012
http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/expositions/actualites/21...
Artistes : Martine Aballéa, Jean-Michel Alberola, Michel Aubry, Pierrette Bloch, Louise Bourgeois, Champion Métadier, Claude Closky, Marc Couturier, Sylvie Fajfrowska, Monique Frydman, Julien Gardair,Gérard Garouste, Paul-Armand Gette, Sheila Hicks, Christian Jaccard, Shirley Jaffe, Nathalie Junod Ponsard, Bertrand Lavier, Claude Lévêque, François Morellet, Tania Mouraud, Bernard Piffaretti, Anne et Patrick Poirier, François Rouan, Claude Rutault, Frédéric Ruyant, Esther Shalev-Gerz, Corinne Sentou, Patrick Tosani, Didier Trenet, Jacques Vieille.

Le temps déplie l’espace.
Les trajets lumineux s’ajoutent les uns aux autres, apportent leurs chromies respectives. La délimitation spatiale des zones chromatiques est celle de la façade latérale, son centre : l’entrée dans le bâtiment.

Les verticales de lumière se lient les unes aux autres, se juxtaposent, et déplient l’espace de la façade en créant deux espaces chromatiques complémentaires et en mouvement.

Les deux espaces lumineux concomitants et juxtaposés dans l’espace inférieur font apparaître une troisième zone chromatique dans celui supérieur. Une variante perceptive donne à voir au regardeur le mélange du vert et de sa complémentaire lumineuse le magenta : un blanc rosé prend place, s’élargissant dans la verticalité de la façade.
Deux perceptions uniques sur des espaces égaux montrent une continuité spatiale où la lumière se déploie. L’espace est temporalité.
Le dispositif nous dévoile des trajectoires lumineuses, dont trame et tracé se confondent.
Les traits verticaux cheminent et se déploient révélant leur troisième perception.

Projecteurs LEDs, boitier séquenceur de programme, structure métallique