Instant imminent profond / deep imminent instant

  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant
  • Instant imminent profond / deep imminent instant

Un espace sans sommeil

Galerie Guggenheim, Chapman University,
Los Angeles, Californie

In l’exposition Over Here (There)

Curated by Brenda Regier.

With Nathalie Junod Ponsard; Mee Ping Leung; Brenda Regier; Lisa Tan; Nana Tchitchoua; Yin Xiuzhen

Janvier/février 2002

En entrant dans la galerie le visiteur est immergé dans un bain de couleur monochromatique rouge : au plafond est suspendu une tente de couleur rouge, translucide contenant un lustre, cet objet est lumineux et diffuse une lumière rouge sur les visiteurs situés sous l’installation. Après trois minutes une lumière ambiante verte est projetée dans l'espace de l'entrée de la galerie. Passé ce délai de nouveau une lumière rouge imprègne l'espace en attendant de nouvelles séquences incessantes de lumière verte et rouge.

La lumière influence notre comportement. Une lumière verte intense et d’un certaine longueur d’onde peut supprimer la sécrétion de la mélatonine, substance chimique contenue dans notre corps qui favorise le sommeil lorsque celui-ci la produit. La lumière rouge augmente notre rythme cardiaque.

La révélation spatiale d'un espace sans sommeil refuse les limites de la galerie. Les glaces transparentes de l'entrée de la galerie permettent à la lumière de se propager dehors créant l'immatérialité de l'espace d'exposition.

M.A. Greenstein
Art critic

Extract from the text in catalog for the exhibition Over Here (There) 2002

“…est-ce seulement le déplacement que nous sentons dans la chambre lumineuse de Nathalie, absorbée de lumière rouge et verte, ou bien la nausée combinée de la perte de notre perception de la profondeur et la perte de notre chance pour un sommeil calme et confortable ? Repensant à la chambre rouge de Bruce Nauman avec ses angles comme des fléchettes empoisonnées (sinistre Feng shui) , l’actuelle manœuvre spatiale et lumineuse de Nathalie ressemble à un rappel supplicié des jours et des nuits sans paix que nous passâmes à sortir de la forte matrice de la conscience de Brahma. »

Lampes, nylon, console de programmation.