L'épaisseur de la lumière

  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière
  • L'épaisseur de la lumière

Cette installation de lumière est une commande de la Fondation EDF pour son espace muséal parisien,6 rue Récamier. Agenda : une exposition du 5 octobre au 10 novembre 2013, le 5 octobre dans le parcours de NUIT BLANCHE, du 24 au 27 octobre dans le parcours FIAC 2013.

Deux volumes lumineux aux chromatiques complémentaires tournent horizontalement dans la totalité de l'espace. Les deux espaces chromatiques se succèdent l'un après l'autre englobant le rez-de-chaussée et l'étage en mezzanine, ce mouvement semble traverser sols et plafonds. La lumière immerge les espaces, s'accapare toutes les surfaces dans son mouvement lancinant. Les chromatiques pures et intenses arrivant à leur comble, les longueurs d'onde se renouvellent, un nouveau couple coloré proche du précédent apparaît et entraîne à son tour un changement radical à son passage.

L'espace flotte entre transparence et contours des éléments devenus couleurs, il semble insaisissable au regard. L'instabilité des contours dans ce mouvement continu et perpétuel de la lumière qui l'inonde crée une sorte de fuite des repères. Le lieu se dédouble mais aussi ne fait qu'un, sa profondeur varie suivant les chromatiques. L'espace s'associe au mouvement et offre une déambulation. Il n'est plus vertical et horizontal mais il est mouvement perceptible. Le lieu se double d'une peau lumineuse aux longueurs d'onde puissantes faisant se dérouler une chronologie des lumières.

Nathalie Junod Ponsard

ESPACE FONDATION EDF 6 rue Récamier 75007 Paris

Projecteurs LEDs, structure métallique, programmation, tube fluorescent