Un océan d’air

  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air
  • Un océan d’air

Exposition au château d’Assas 30120 Le Vigan
2 juillet-17 septembre 2012

La lumière s’inscrit au centre du dispositif et l’œuvre nous éclaire sur un espace autre, celui de l’atmosphère de la planète Mars. Ni le temps, ni l’espace n’ont dans cette exposition de lieu propre, ils se réfèrent à un ailleurs. 
Des lignes de lumière immobiles se développent selon trois schémas différents, linéairement, progressivement ou de façon stellaire, discontinues, pour un parcours qui amène à d’autres espaces, un ailleurs. La disposition des lignes lumineuses, comme légèrement suspendues au-dessus du sol, entraîne une certaine profondeur de champ d’un espace autrement volumétrique. Le lieu, les lieux se transforment.
Filtrant la lumière naturelle, pénétrant par les baies vitrées dans les espaces d’exposition, de larges filtres réfléchissent leur propre essence chromatique et inondent les trois espaces marquant trois temps-moments du jour sur la planète Mars : aurore-midi-crépuscule. 
Les trois dispositifs sont comme des superpositions de lumière, phénomènes lumineux, et convoquent simultanément la réflexion de chaque espace de lumière. L’espace engendre alors sa propre temporalité.

L’atmosphère de Mars est enrichie en Argon, un gaz rare, sa quantité est constante dans cette atmosphère martienne. Les lampes fluorescentes contiennent un mélange d’argon et de vapeur de mercure à basse pression. L’ionisation de ce mélange gazeux, sous l’effet de la décharge électrique, génère des rayonnements dans la gamme des ultra-violets, invisibles à nos yeux mais très énergétiques. Ce premier rayonnement est ensuite transformé en lumière visible. Celle des lignes lumineuses faites de tubes fluorescents dans chacun des trois dispositifs. 
L’œuvre génère alors trois types de lumière.

Une atmosphère est comme un océan d’air, trois moments de l’atmosphère martienne immergent les visiteurs dans les espaces d’exposition concomitants du Château d’Assas.

Descriptif

L’exposition est constituée d’un ensemble de trois dispositifs spatiaux et lumineux prenant place dans les trois salles. Dans chacun des espaces un groupe de lampes fluorescentes et gélatinées sont posées au sol, légèrement surélevées constituant chacune une configuration unique et un ensemble chromatique. L’atmosphère lumineuse générale de chaque salle est doublement traduite, d’une part par la lumière colorée des lampes fluorescentes et de l’autre par l’application devant les baies vitrées, laissant rentrer la lumière naturelle (estivale), d’un filtre constitué de gélatine colorée (une couleur par espace) baignant et immergeant les trois lieux différemment.

Tubes fluorescents, cales en bois, filtres-gélatines