Un ocean d'air, 2 2020

  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020
  • Un ocean d'air, 2 2020

Château, centre d'art La Chapelle, Clairefontaine (Yvelines, France)

Une oeuvre lumineuse et immersive

La lumière s’inscrit au centre du dispositif et l’œuvre nous éclaire sur un espace autre. Ni le temps, ni l’espace n’ont dans cette oeuvre de lieu propre, ils se réfèrent à un ailleurs.

Des lignes de lumière immobiles se développent selon trois schémas différents: linéairement, solitairement ou progressivement pour un parcours qui conduit dans l'espace d'escalier entre deux étages; un escalier demi-tournant offrant deux paliers. Ces oeuvres fluorescentes dégagent des longueurs d'onde précises et différentes, parfois en couple de complémentaire. Modifiant la lumière naturelle provenant du parc et pénétrant par les fenêtres, de larges filtres réfléchissent leur propre essence chromatique et inondent les deux espaces superposés que l'escalier relie.

Les deux limites du spectre de la lumière sont donnés à expérimenter: le bleu-indigo foncé et son opposé le rouge profond. L’espace et l’air sont, eux, recouverts d'un effet chromatique d'une longueur d'onde de 400 nanomètres correspondant à un indigo-violet profond faisant vibrer l'air. Il le filtre et le purifie également, comme une biologie synthétique. A l’opposé de cette longueur d’onde, proche de l’invisibilité, une lumière rouge de 780 nanomètres précédant l’infra-rouge apporte son propre chromatisme et synergie. Entre les deux longueurs d'ondes immersives, une nouvelle énergie dynamise la spatialité de l'oeuvre dans l'escalier.

Les oeuvres fluorescentes contiennent un mélange d’argon et de vapeur de mercure à basse pression en faible quantité. L’ionisation de ce mélange gazeux, sous l’effet de la décharge électrique, génère des rayonnements dans la gamme des ultra-violets, invisibles à nos yeux mais très énergétiques. Ce premier rayonnement est ensuite transformé en lumière visible, celle des lignes lumineuses faites de tubes fluorescents dans chacun des dispositifs.

Une atmosphère est comme un océan d’air.

185 m2. Tubes fluorescents, gélatines

in Garden Party Urbex, exposition collective, commissaire d'exposition : Valérie Arconati