Agnès Violeau - La lisière du visible

La démarche de Nathalie Junod Ponsard fait se confondre le lieu et l'œuvre qu'elle y intègre, en un ensemble de deux entités liées, l'une ne s'imaginant plus sans l'autre. L’artiste use du matériau lumière comme d’un pinceau qui viendrait recouvrir autant que dévoiler l’espace et les formes qui l’occupent. La lumière, immatérielle, source de vie, instrument de la visibilité, et les longueurs d’onde ou couleurs (du grec pharmakon, teinte qui imite le coloris des choses, mais aussi remède, filtre) deviennent des instruments de passage offrant au regardeur les clés d'une perception nouvelle. Invoquant les effets produits par la plasticité de la couleur et sa réception, tant physique (éblouissement, déséquilibre, vertige ...) que mentale (réflexion, méditation ...), la pratique de Nathalie Junod Ponsard révèle les environnements choisis. Une homéostasie éphémère offerte par le parcours de l’œil et du corps.

Agnès Violeau, septembre 2014